Cabaret des oiseaux

Nous nous rencontrâmes par une chaude journée du mois d’août entre un parking et une pompe à essence ; elle venait d’Asie et campait dans le fossé, moi je descendais vers le midi . Sa longue silhouette frêle se balançant dans la brise attira mon regard et quand je m’approchai, médusé par sa beauté, je n’eus plus qu’une envie : la photographier dans son plus simple appareil. Je sus plus tard qu’elle se nommait Cardère mais que beaucoup l’appelaient Cabaret des oiseaux.

Publicités

le vieux chardon

Ayant échappé aux dents jaunes du bourricot, le vieux chardon grisonnant, armé de sa hallebarde, attendait une dernière bourrasque pour disperser ses plumeaux fertiles par monts et vallons. Hélas, c’était sans compter sur la gloutonnerie sans scrupule d’un quêteur d’images en recherche de modèle !