ciel d’orage

L’été fut long et torride ; pompes, arroseurs et asperseurs s’essoufflèrent parmi les immensités des champs de maïs, asséchant les rares réserves d’eau encore disponibles.

Puis vint le temps espéré des orages. Et avec eux la peur que les pluies torrentielles ne dévastent ces sols érodés par des années de cultures intensives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Poster votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s