les voiles d’Essaouira

Sous les drapés blancs, elle allait, fuyante, dans les ruelles de la médina. Mon ami marocain la reconnut à son seul regard. Après quelques paroles, elle nous invita dans sa maison familiale.

À l’intérieur, elle ôta son haïk ; le sourire qu’elle arbora, sa tenue légère et son affabilité me surprirent. Sa coquetterie tranchait heureusement avec la rigueur de ses vêtements de rue.

 

Publicités

Poster votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s