La colline d’arachides

Le hangar de stockage est immense mais l’ardeur des paysans du village de Médina El Hadji l’est tout autant.  Après la récolte, inlassablement, les hommes hissent sur leurs épaules les énormes sacs d’arachide, les trimbalent sur cette piste improvisée et les déversent ensuite dans un nuage de poussière jusqu’à édifier une imposante colline de cacahuètes !

Publicités

Déchaîné

C’est l’été, c’est le temps des balades à moto, le plaisir de l’air chaud caressant le visage, l’odeur des foins embaumant les vallons, la fraîcheur des sous-bois et les senteurs des menthes et puis sur la place du village, le traditionnel vide-grenier où le motard-photographe amateur de mon espèce n’a pas su résister à l’image ordonnée d’un amas de chaînes … de moto !

Cabaret des oiseaux

Nous nous rencontrâmes par une chaude journée du mois d’août entre un parking et une pompe à essence ; elle venait d’Asie et campait dans le fossé, moi je descendais vers le midi . Sa longue silhouette frêle se balançant dans la brise attira mon regard et quand je m’approchai, médusé par sa beauté, je n’eus plus qu’une envie : la photographier dans son plus simple appareil. Je sus plus tard qu’elle se nommait Cardère mais que beaucoup l’appelaient Cabaret des oiseaux.

À toute vapeur !

Nous avions marché vite dans la froideur matinale pour parcourir les deux kilomètres qui nous séparaient de la gare. La locomotive, prête à rugir, lançait de grands panaches de vapeur. Puis le chef de gare agita son drapeau et émis un grand coup de sifflet. Tout doucement et presque sans bruit, le train s’ébranla emportant avec lui les nombreux voyageurs encore assoupis dans leur rêves aventureux.

Sur le toit

Tout au long de la petite route qui grimpe sur les flancs du volcan, s’élèvent de vieilles maisons minang avec leurs lourds poteaux de bois bien ancrés au sol et les pointes de leur toit érigées vers le ciel.  Pendant que nous bavardons avec sa femme, un homme restaure le toit de l’antique demeure…

Cette image fait partie de la nouvelle exposition d’environ 70 photographies argentiques en noir et blanc, intitulée « Au dessous des volcans, pays minangkabau, Sumatra » qui a lieu jusqu’au 13 mai 2017 à la MJC d’Onet-le-château (12).

Crépuscule à Bungus

Le soleil vient de disparaitre, les bâteaux araignées étincellent au large, l’heure est à  la lenteur et à l’indolence.

Une nouvelle exposition d’environ 70 photographies intitulée « Au dessous des volcans, pays minangkabau, Sumatra » aura lieu du 18 avril au 13 mai 2017 à la MJC d’Onet-le-château (12). Vernissage le mercredi 19 à partir de 18h .

gare au train

Partira ou partira pas ? En ce mois de février 2011, les voyageurs pourraient bien attendre longtemps le départ de l’autorail Kayes-Bamako. Le célèbre express, délaissé par les opérateurs privés, accuse alors régulièrement des retards de plusieurs jours quand il ne déraille pas avant d’arriver !

Pour plus d’infos, l’excellent film de Vincent Munié : « La voie est libre ».                                                                                                        http://www2.africultures.com/php/index.php?nav=film&no=1990

Vapeurs

Un peu à l’écart de la route, un appentis de bois tout vaporeux attira notre attention. Sur l’invitation de la patronne, nous découvrîmes une grande pièce obscure et embuée où de jeunes ouvriers, englués dans cette atmosphère chaude et humide, manipulaient avec précaution une matière blanche et molle : le tofu, l’un des aliments de base de la cuisine indonésienne.

Résistance

Ce n’est pas le mur de l’apartheid en Palestine,  ni celui honteux qui retient les migrants à Ceuta ou à Calais, simplement le mur d’un quartier populaire de Perpignan. Pour cette nouvelle année, je vous souhaite beaucoup d’énergie pour résister, rouméguer, discuter, convaincre et rester insoumis.