le calao de Ziguinchor

L’hôtel, très sommaire, était fourré dans les bas quartiers de Ziguinchor. La chambre que nous partagions donnait à l’arrière sur des bâtiments vieillots recouverts de tôles rouillées. Au delà émergeait une touffe d’arbres dont les fruits attiraient de nombreux oiseaux, parfois des calaos.

Publicités

Chapelets d’arcades

La voie ferrée serpente dans la vallée, glisse au ras des talus, s’insinue dans la forêt puis se déroule dans la plaine ; dans le train, le regard fasciné du voyageur, grisé de vitesse et d’images, entrevoit seulement des chapelets d’arcades. Seul le voyageur immobile peut en admirer les courbes.

Style afro

Peu à peu notre monde se métisse, les cultures se rencontrent et c’est heureux ! Et même dans nos régions reculées de l’Aveyron, nos mœurs et nos coutumes se trouvent parfois influencés. Ce cabanon que l’on aurait autrefois recouvert d’une toiture traditionnelle de lauzes, a trouvé une seconde jeunesse avec son toit végétalisé dans le plus pur style afro américain !

Noire beauté

Portés par le vent en petites rafales, de lourds nuages noirs assombrissent le ciel ; une pluie fine mouille le paysage en reflets argentés… Me viennent à l’esprit les paroles de cette belle chanson des sœurs Boulay : « de la noirceur naît la beauté ».

Pour écouter : https://lessoeursboulay.bandcamp.com/track/de-la-noirceur-na-t-la-beaut

Kaolack culturel

Nous avions longuement disserté de magie, masques, statues et fétiches avec les amis sénégalais. Puis vint la rencontre avec les formidables décors de l’Alliance Française de Kaolack imaginés par l’architecte Patrick Dujarric. Dans cette ambiance féerique, il fut très tentant de tirer ce portrait dessiné sur ces murs très culturels.

Une nouvelle exposition de mes photos sur le Mali a lieu en ce moment et pour tout le mois de novembre à la médiathèque de Nuces en Aveyron (12330).

Nenek

Un des principaux plaisirs et intérêts du voyage réside dans la rencontre des populations et la tentative de compréhension de leur culture, notamment auprès des couches populaires, hommes et femmes paysans, petits marchands, enseignants, pêcheurs, ouvriers, artisans…

Nous conversions avec des villageois quand Nének (grand-mère) survint, coquette et gracieuse, et après quelques échanges, fut ravie de prendre la pose.

L’exposition des photos de Sumatra « Visages du pays minang » sera présente du début octobre à fin décembre à la bibliothèque de St Christophe Vallon dans l’Aveyron.

La colline d’arachides

Le hangar de stockage est immense mais l’ardeur des paysans du village de Médina El Hadji l’est tout autant.  Après la récolte, inlassablement, les hommes hissent sur leurs épaules les énormes sacs d’arachide, les trimbalent sur cette piste improvisée et les déversent ensuite dans un nuage de poussière jusqu’à édifier une imposante colline de cacahuètes !

Déchaîné

C’est l’été, c’est le temps des balades à moto, le plaisir de l’air chaud caressant le visage, l’odeur des foins embaumant les vallons, la fraîcheur des sous-bois et les senteurs des menthes et puis sur la place du village, le traditionnel vide-grenier où le motard-photographe amateur de mon espèce n’a pas su résister à l’image ordonnée d’un amas de chaînes … de moto !